« En France, seulement 10 % des enfants qui sont en attente de greffe cardiaque ont un cœur artificiel »

Le  Docteur Nadir TAFER est responsable de l’unité d’anesthésie réanimation des cardiopathies congénitales pédiatriques et adultes du CHU de Bordeaux. C’est lui, notamment, qui supervise les soins donnés à Rémi, 11 ans, en attente d’une greffe du coeur depuis maintenant plus de 10 mois. Dans une interview accordée au site 20minutes.fr, le Docteur Tafer est revenu sur la situation de Rémi mais également sur la question du don d’organe pédiatrique.

taferetremi
Le Docteur Tafer aux côtés de Rémi

L’occasion, pour lui, de rappeler que tous les enfants qui sont en attente d’une greffe cardiaque ne sont pas sous cœur artificiel. Et que cela dépend du degré d’insuffisance cardiaque. Ainsi, certains peuvent attendre chez eux en prenant des médicaments. L’attente sous cœur artificiel, quant à elle, est particulièrement pénible car elle comporte des risques de complications et une hospitalisation, parfois loin de chez soi.

Retrouvez en cliquant sur ce lien, l’intégralité de l’interview du Docteur Tafer : https://www.20minutes.fr/bordeaux/3221303-20220122-bordeaux-11-ans-remi-conscient-attend-donneur-avoir-nouveau-ur-raconte-medecin?fbclid=IwAR3jxpxFylXbOALYfuRWhBqqwz8najqAQAt2swH5N-KkNdq–OVakmsumj0


A RETENIR
Le déficit de greffons pédiatriques s’explique notamment par la difficulté à sensibiliser les parents qui doivent affronter une perte tragique.

Rejoignez-nous

& Soutenez nos actions

Match de gala

Venez soutenir Les Liens du Cœur

Le 18 mai au Stade Matmut Atlantique
Achetez votre place pour le match de gala avec les anciens Girondins de Bordeaux