Une BD pour mieux cicatriser ou le témoignage d’un dessinateur à coeur ouvert…

« En fait, je n’ai aucun souvenir, aucun traumatisme de ma première opération. Ma cicatrice, ça ne m’a jamais complexé. Petit, aux copains, je racontais que j’avais avalé une bille et qu’il avait fallu l’enlever. Ado, je disais aux filles que j’avais été attaqué par un requin »
Dans une interview accordée au Parisien, le dessinateur Nicolas Keramidas (18 albums à son compteur) revient sur son parcours d’enfant cardiaque. Une interview accordée à l’occasion de la sortie de son album « A Coeur Ouvert » dans lequel il raconte, étape après étape, ses opérations et ses séjours à l’hôpital.
Nicolas Keramidas est atteint d’une malformation cardiaque à la naissance, la tétralogie de Fallot, ce qui l’oblige à subir une opération délicate et surtout totalement nouvelle en 1973 : il devient ainsi l’un des premiers bébés en France à être opéré à coeur ouvert.
43 ans plus tard, lorsque son coeur s’emballe sur un terrain de foot, il doit subir une nouvelle opération…
Tout en sincérité et avec quelques touches d’humour, Nicolas Keramidas nous fait partager son expérience et les sentiments par lesquels il est passé, la peur, l’espoir, la douleur…
« A Cœur ouvert », de Keramidas, éd. Dupuis, 208 pages, 17,50 euros. Dupuis 2021.

Rejoignez-nous

& Soutenez nos actions